Faites-le vous-même!
Terminer les casses-tête,les recherches et questionnements interminables, ici on s'entraide sur tout ce qui concerne l'entretien,la maintenance de votre bateau.De la coque au pont, tout y passe, la fibre de verre, la plomberie,l'électricité, les boiseries,réparer vos cartes peut-être ? Posez votre question, surement vous obtiendrez une réponse d'un capitaine qui a vécu le même problème, ou quelqu'un vous donnera la référence apportant la solution.
Bonnes trouvailles!

dimanche 27 mars 2011

Connaître les vagues



Comment mesurer une vague?
la crète, le creux.
train de vague,
vague déferlante,
vague scélérate,
la houle,
le fetch,
il faut comprendre, interpréter les vagues, une question de sécurité.
Il faut lire l'état de la mer,
prévoir l'état de la mer,
racontez nous vos expériences de vagues...

8 commentaires:

  1. L'action du vent sur la mer
    donne naissance aux vagues. La mer du vent est le système de vagues créé à l'endroit même où souffle le vent. En quittant l'endroit où elles ont été générées, les vagues se régularisent et deviennent la houle, qui peut se propager très loin même en l'absence de vent. Lorsque la houle suit une autre direction que les vagues engendrées par le vent, on parle de mer croisée. La réfraction derrière une île ou bien, dans une moindre mesure, la réflexion des trains de vagues sur une côte abrupte peut engendrer également une mer croisée au large

    RépondreSupprimer
  2. La propagation des vagues

    L'énergie du vent crée les vagues mais la gravité leur permet de durer. Sans cette onde de gravité de surface la vague ne pourrait pas se propager. Les ridules provoquées par le vent se rassemblent pour former des ondes plus longues, alignées les unes derrière les autres, évoluant jusqu'au rivage. Elles peuvent ainsi voyager plusieurs jours à raison de plus de 1.000km par jour. La houle se définit par la hauteur des vagues, par sa longueur d'ondes, c'est-à-dire la distance entre deux vagues et par la vitesse des vagues.

    La houle en eaux profondes n'est pas soumise aux perturbations par le fond ce qui lui permet de se propager sans difficultés. Sans l'influence du vent ou des courants, la houle évolue en ligne droite. Plus la houle avance vers la côte, plus les vagues perdent de l'énergie car il y a moins de profondeur. Quand la houle croise une île, elle change de direction. Ce phénomène de réfraction fait perdre de l'intensité aux vagues. A l'approche des côtes, les crêtes de houle s'alignent sur les fonds pour se briser sur le rivage, c'est la diffraction. Dans certaines conditions, la houle ne déferle pas et, à l'approche du rivage, elle repart vers le large. On parle alors de réflexion.

    RépondreSupprimer
  3. Julien Prost, Julien Le Navios, Jonathan Eveno28 mars 2011 à 10:35

    LA PERIODE ET LA LONGUEUR D'ONDE

    Fondamentalement, les vagues sont décrites par leur longueur d'onde, leur période et leur hauteur.

    La longueur d'onde est la distance entre deux crêtes successives. La période est le temps mis par ces deux crêtes pour passer en un même point.

    La hauteur est la distance verticale entre un creux et la crête suivante. Si les vagues se propagent, l'eau, elle, ne bouge pas ou presque pas. En effet, dans leur mouvement les vagues font tourner sur place les particules voisines de la surface, sur des orbites circulaires dont le diamètre est égal à la hauteur de la vague. Ce mouvement circulaire continue sous l'eau, mais avec une amplitude qui diminue avec la profondeur : à une profondeur égale à une demi-longueur d'onde de la vague, le diamètre des orbites décrites par les particules d'eau est 25 fois plus petit qu'à la surface.

    AU BOUT DU ROULEAU

    Lorsque les vagues s'approchent du rivage, elles arrivent dans des eaux de profondeur inférieure à la moitié de leur longueur d'onde. Leur période ne change pas, mais leur longueur d'onde décroît, leur vitesse diminue, cependant que leur hauteur augmente. Quand la profondeur de l'eau de la côte diminue, les particules d'eau situées sur la crête de la vague n'ont plus assez de place pour décrire une orbite : la vague se brise.

    Les particules d'eau sont projetées en avant dans une ligne d'écume. Selon la configuration du rivage, la vague surgie se renverse ou plonge. Puis le reste de la vague s'étale : c'est le ressac.

    RépondreSupprimer
  4. Le fetch

    est la distance en mer ou sur un plan d'eau au-dessus de laquelle souffle un vent donné sans rencontrer d'obstacle (une côte) depuis l'endroit où il est créé ou depuis une côte s'il vient de la terre.

    Cette notion permet de comprendre la hauteur des vagues et de la houle à un endroit donné. Toutes choses étant égales par ailleurs, plus le fetch est important plus la hauteur des vagues sera grande. À contrario, à l'abri d'une côte (sous le vent d'une côte), la hauteur des vagues sera très faible, même si le vent est très fort car le fetch y est plus petit.

    L'utilisation pratique du fetch pour le calcul de l'état de mer est toutefois assez délicate, car la hauteur des vagues dépend aussi beaucoup de l'angle du vent par rapport à la côte, et de la géométrie de l'aire génératrice. Ainsi, à moins de quelques kilomètres de la côte les vagues peuvent se propager à plus de 60 ° de la direction du vent, et on peut même observer une mer du vent croisée, avec des trains de vagues courts dans la direction du vent, et des trains de vagues plus long se propageant le long de la côte. En effet, dès que le vent est oblique par rapport à la côte les vagues se propageant dans la direction de la côte ont un fetch plus grand et donc plus d'énergie que les vagues se propageant dans la direction du vent.

    RépondreSupprimer
  5. Une vague est dite déferlante

    lorsque l'onde de force transportée par la houle dans la mer se transforme en un rouleau caractéristique et facilement identifiable à la surface de l'eau, généralement accompagné d'écume.

    Les vagues peuvent déferler par l'effet du vent, ce qui est généralement le cas lorsque qu'il est supérieur à 6 sur l'échelle de Beaufort en pleine mer, ou par une remontée des fonds marins, comme par exemple sur la plupart des rivages. La combinaison de ces deux facteurs augmente la puissance de la vague, en fonction de la hauteur de la houle.

    Les plus grandes et les plus dangereuses vagues déferlantes sont dénommées vagues scélérates.

    Une vague déferlante est plus dangereuse qu'une simple houle pour une embarcation; elle oblige les navigateurs à être particulièrement vigilants lorsque la tempête arrive, ou lorsque des hauts fonds sont signalés dans la zone de navigation. En effet, si une vague déferlante heurte un navire de côté, celui-ci peut chavirer.

    RépondreSupprimer
  6. Les vagues scélérates

    sont des vagues océaniques très hautes, soudaines, qui étaient considérées comme très rares, même si aujourd’hui on sait qu’elles apparaissent pratiquement au cours de toutes les tempêtes d’une certaine importance.

    Jusqu’au début du XXe siècle, les vagues scélérates semblaient appartenir au folklore maritime, à une rumeur légendaire

    Les vagues scélérates peuvent atteindre des hauteurs crête à creux de plus de 30 mètres et des pressions phénoménales.

    Elles sont souvent décrites comme des murs d’eau qui viennent heurter les navires, contrairement aux vagues « normales » qui montent en pente relativement douce, permettant aux navires de passer par dessus. Des vagues scélérates ont été observées dans tous les océans du monde, qu’il y ait ou non des courants importants en surface.

    Pour l'article complet,
    Suivez le lien

    RépondreSupprimer
  7. L'échelle de Beaufort

    est une échelle de mesure empirique, comportant 13 degrés (de 0 à 12), de la vitesse moyenne du vent sur une durée de dix minutes utilisée dans les milieux maritimes. Le degré Beaufort correspond à la vitesse moyenne du vent. Si cette vitesse peut être mesurée avec une bonne précision à l'aide d'un anémomètre, il est commode, en mer, d'estimer cette vitesse par la seule observation des effets du vent sur la surface de la mer.

    Il revient à l'amiral britannique Francis Beaufort (1774-1857) d'avoir, en 1805, imaginé une échelle comportant des critères assez précis pour quantifier le vent en mer et permettre la diffusion d'informations fiables universellement comprises. Ce fut l'« échelle de Beaufort ».

    Pour visualiser l"échelle de beaufort,
    avec graphique et photos,
    Suivez le lien

    RépondreSupprimer
  8. Ressources naturelles Canada28 mars 2011 à 15:41

    Un tsunami (le mot japonais pour une « vague de port »)

    est une série de vagues énormes causées par un dérangement rapide et d'envergure de l'eau de mer. Les tsunamis peuvent être causés par les éruptions volcaniques sous-marines, les glissements sous-marins, l'impact d'un météore et les séismes majeurs qui se produisent sous le fond de l'océan causant de grands déplacements verticaux. En eau profonde, les vagues des tsunamis mesurent moins d'un mètre, mais elles peuvent se déplacer à des vitesses dépassant 800 kilomètres à l'heure et peuvent facilement traverser un bassin océanique en entier. Lorsqu'elles atteignent l'eau peu profonde ou les passages étroits, les vagues ralentissent et la hauteur peut former un mur d'eau qui peut causer des ravages sur le littoral.

    l'océan descend pour laisser voir le fond de l'océan habituellement sous l'eau ou monte à un niveau inhabituel,
    un tsunami se déplace plus vite qu'une personne peut courir.

    RépondreSupprimer